Contre la répression syndicale

La pétition réclame l’annulation de tous les conseils de discipline consécutifs aux grèves et aux mobilisations contre la loi sur les retraites.

Soutenons les militant.es syndicaux!

Pendant la crise sanitaire, la répression syndicale continue !

Soutenons Ahmed Berrahal et Alexandre El Gamal

et

exigeons l’annulation de tous les conseils de discipline consécutifs aux grèves et aux mobilisations contre la loi sur les retraites !

 

Depuis le 13 septembre 2019, de façon perlée, puis le 5 décembre, en grève reconductible, le secteur des transports publics a été le fer de lance des luttes mobilisant contre le projet de loi sur les retraites. Parmi les grévistes, nombre de syndicalistes ont depuis lors été ciblés par la direction de la RATP. Malgré l’épidémie de COVID19 la répression syndicale continue en maintenant les procédures disciplinaires même si les conseils de discipline sont désormais reportés.

Trois grévistes du dépôt de bus de Vitry ont été traduits en conseil de discipline à la direction de la RATP les 5 et 6 mars 2020. Deux d’entre eux ont écopé d’avis de sanction de mises-à-pied de deux mois sans salaire, le troisième d’un avis de sanction de mutation. Deux autres grévistes syndicalistes, Ahmed Berrahal et Alexandre El Gamal, élus CGT des dépôts de bus de Flandre et Vitry, sont eux aussi menacés de révocation sur des faits de grève et des accusations calomnieuses. Leur conseil de discipline prévu par la direction de la RATP le 26 mars 2020 est à présent reporté, mais reporter n’annule pas les procédures disciplinaires à l’encontre de militant.es syndicaux défendant les conditions de travail, la santé et dénonçant les différentes formes de harcèlement au travail !

A l’heure où le gouvernement appelle à l’unité nationale, pour faire la guerre au virus, et fait voter le 20 mars 2020 une loi « d’état d’urgence sanitaire » dans laquelle le droit du travail va être une fois de plus saccagé !

A l’heure où, ayant mal anticipé le désastre sanitaire du COVID19, ce même gouvernement veut faire travailler, sans protection, des centaines de milliers de travailleur.euses au péril de leur vie.

A l’heure où chacun.e, souvent épuisé.e, y met du sien en se rendant au travail « la peur au ventre » ou en télétravaillant, tout en s’occupant des enfants confinés dans des logements souvent de si petite surface dans les grandes villes !

A l’heure où les salarié.es, précaires ou non, subissent des intimidations de la part d’employeur.euses sans scrupules, selon une gradation allant de la menace verbale jusqu’au chantage à l’emploi et au licenciement !

A l’heure où nous dit-on, l’activité de travail est limitée à l’essentiel,

la direction de la RATP, elle, reporte jusqu’à nouvel ordre le conseil de discipline de deux salariés, grévistes et militants syndicaux, Ahmed Berrahal (secrétaire CSSCT -commission santé, sécurité et conditions de travail) et Alexandre El Gamal (secrétaire du CSE-4), les menaçant de révocation. Outre le signal répressif renvoyé à tou.tes les syndicalistes qu’expriment ces conseils de discipline, il interroge sur les pressions et les discriminations trop souvent présentes dans les relations hiérarchiques au sein des grandes entreprises.

Nous citoyen.n.e.s, syndicalistes, militant.es, solidaires d’Ahmed Berrahal et Alexandre El Gamal dont l’engagement syndical incarne la défense de nos droits civils et du travail, nous exigeons avec eux l’annulation de toutes les sanctions disciplinaires et de tous les conseils de discipline de la RATP consécutifs aux grèves et mobilisations contre la réforme des retraites.

Signer

Diffusez auprès de votre entourage